Livre: Une vie après l'autre ou l'incarnation des possibles de Frankie Ventana

Publié le par Jémlyre

Titre: Une vie après l'autre ou l'incarnation des possibles
Auteur: Frankie Ventana
Editeur: Kyklos
Nombre de pages: 174

Livre lu dans le cadre d'un partenariat entre Partage Lecture et les éditions Kyklos.




Frankie-Ventana-couv-une-vie-copie-1.jpg



4è de couverture:



D’incidences en coïncidences se forgent d’improbables destins : celui de Gabrielle aura été de rencontrer, un soir de décembre 1982, Lila von Haffen, pianiste classique adulée. Leurs existences vont s’imbriquer en dépit de l’empreinte que nulle gloire, nul génie, nul talent n’effacera. De cette étrange nuit où chacune se trouve dans l’attente d’un événement indéfini, la première va s’enfermer dans sa destinée tandis que la seconde s’en délivrera par le suicide.

Vingt ans plus tard, Gabrielle entre en possession d’une correspondance signée de la main de la virtuose. Elle se lance alors sur ses traces, à travers l’Europe jusqu’en Argentine.

Ce voyage la conduira à accepter son destin cristallisé en la personne de Lila von Haffen…



Mon avis:

Une fois achevée la lecture de ce livre, je suis restée sans voix. Cela va peut-être vous paraître exagéré, mais je sentais que je n'étais plus moi-même, que des cordes profondes vibraient en moi.
Je vous préviens d'emblée, il me sera très difficile de retranscrire fidèlement tout mon ressenti.

Gabrielle et Lila, à quelques détails près, des images en miroir. La première a appris la musique grâce à son père mais semble avoir un lien peu affectif avec lui. C'est un père exigeant, recherchant la performance. Quant à la mère, Gabrielle pensera longtemps qu'elle est morte mais la vérité est qu'elle a disparu, qu'elle a quitté ce qui ne lui convenait peut-être pas, d'une façon ou d'une autre.
Le mariage, conclus semble-t-il sans grande réflexion, n'est pas source d'épanouissement.
Gabrielle recherchera du réconfort dans les bras de divers hommes, ce qui ne l'amènera pas non plus à plus d'épanouissement.
Elle vit une relation peu convaincante avec une personne plutôt intéressée par son travail sur Lila Von Haffen et laisse sa vie de couple en suspens, n'osant pas encore divorcer et tourner définitivement la page. Je pense que beaucoup de femmes pourraient s'identifier à elle.
Nous savons peu sur le lien entre Gabrielle et sa fille mais force est de constater qu'elle est peu présente dans sa vie.
Qu'en est-il de Lila ?  Un père disparu, un beau-père abuseur, une mère rejetante. Mais elle retrouve une figure paternelle en la personne de Basensky, vit une grande histoire d'amour tumultueuse et est aimée par d'autres.
Elle a eu une fille dont on ignore l'identité du père et sera absente de sa vie.
Il y a à mon sens beaucoup d'associations intrapsychiques à faire entre ces deux histoires de vie.

Que représente Lila pour Gabrielle ? Pourquoi l'attire-t-elle tant ? Pourquoi s'identifie-t-elle à elle ?
Il me semblait parfois que Lila aurait pu ne pas exister comme personne à proprement parler, mais juste comme un idéal du Moi de Gabrielle.

Lila, le jour de ses 40 ans (coincidence ?), se rebelle. Elle, qui a toujours été anticonformiste, arrivant nu-pieds aux représentations et se comportant d'une manière qui « choque » le public mais celui-ci ne pouvait rester insensible à son génie et à son charme.
Elle choisit de « tuer » son ancienne image pour vivre autrement en harmonie avec ses convictions les plus profondes.
Autre figure de l'anticonformisme, Marylou, qui brave beaucoup d'idées reçues et devient camionneuse, s'accomplit dans ce métier principalement masculin et aime écouter Chopin.

Gabrielle, met brutalement fin à sa carrière. Elle a besoin de se retrouver, de faire un travail sur elle-même avant de trouver le chemin qui lui conviendrait le mieux.
La forte personnalité de Lila et sa capacité à braver la bienséance hypocrite et l'ordre établi la fascinent.
L'identification est forte. Être « autrement » est donc possible !

Cette enquête menée par Gabrielle est un processus psychothérapeutique aboutissant à une meilleure compréhension de soi et à une meilleure acceptation du Moi, gage d'un bon équilibre psychologique.
A la fin de cette quête de soi, sous couvert d'une enquête sur Lila, Gabrielle arrive à dépasser ses blocages et angoisses et arrive à être enfin en paix avec elle-même.
A noter, ses rêves dont la signification est plus que parlante. Clin d'œil aux théories psychanalytiques sur l'activité onirique.

Ce livre est d'une richesse impressionnante. J'ai adoré les belles descriptions des lieux visités par l'héroïne et les nombreuses références et annotations explicatives.
Je suis ignorante en matière de musique, je ne connais Chopin que de nom mais le livre de Mme Ventana m'a appris que la musique peut être porteuse d'émotions, de sentiments et véhiculer des messages.

C'est un moyen de communication subtil, c'est le fil qui relie beaucoup de personnages du livre et se transmet même aux autres générations (la fille de Gabrielle et Isabel).
Est-ce un hasard si la descendance est aussi féminine ?
Quel est donc ce message ? Osons remettre en question certains acquis, osons questionner notre âme et suivre ce que nous dicte notre coeur. Mais avant, « Gnothi seauton » comme le disait Socrate.

Les chapitres sont courts, aérés et facilitent beaucoup la lecture. Le style est riche et complexe tout en paraissant simple.
A mon avis, il est normal que le livre soit court. Le reste du travail sera fait par le lecteur...
L'auteur ne fait que véhiculer la musique qui ouvrira notre esprit et notre cœur et nous incitera à faire un voyage à travers nous-même. Elle nous donne quelques clés, à nous de trouver les bonnes portes.

J'ai aussi beaucoup apprécié la sobriété de la couverture. Ceci rejoint parfaitement l'esprit du livre qui ne cherche pas à séduire à tout prix le lecteur mais à le toucher, à l'inviter à réfléchir. On est loin de la littérature incitatrice au consumérisme...
Ce livre m'a marquée, bouleversée !
Oui, Mme Ventana, la musique a résonné en moi et pas qu'un peu...
Il m'arrive rarement de vouloir relire un livre mais celui-ci , je le relirai pour saisir d'autres subtilités qui m'ont sûrement échappé.
Ceci est mon humble avis sur ce livre mais comme le disait si justement Saskia quand Gabrielle a cru voir une ressemblance entre elle et Lila: « Tout dépend de la personne qui regarde et de ce qu'elle veut y voir »

Un grand bravo à l'auteur et aux éditions Kyklos dont je guetterai attentivement les prochaines sorties.


Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article