Livre: Le compagnon de voyage de Curzio Malaparte

Publié le par Jémlyre

Titre: Le compagnon de voyage

Auteur: Curzio Malaparte

Nombre de pages: 106

Editeur: La Table Ronde


Ce livre a été lu dans le cadre d'une lecture commune sur le forum Partage Lecture en partenariat avec les éditions de la Table Ronde que nous remercions chaleureusement.

 

malaparte


Résumé:


Fable pudique, baroque et pleine d'humanité, Le Compagnon de voyage a pour cadre l'Italie de 1943. Après le renversement de Mussolini et le chaos que provoque la signature de l'armistice, les hommes de troupe, désormais sans ordres et sans chefs, décident de rentrer chez eux. Au milieu de celle débandade, Calusia, un soldat bergamasque, entame la lente remontée de la Péninsule jusqu'à Naples. Il s'est juré de rendre à sa famille la dépouille de son lieutenant, mort en Calabre lors des ultimes combats désespérés et vains contre le débarquement allié. Cet honnête paysan, fier de ses origines, traverse l'Italie en compagnie de l'âne Roméo et d'une jeune fille qu'il a prise sous sa protection. A travers ses rencontres se dessine un portrait tout en finesse du peuple italien, capable des pires bassesses, mais aussi plein de courage et de générosité.


Mon avis:


Quelle belle découverte que ce livre !
Le style est simple, léger et humble comme le héros.
Impossible de lâcher  le livre avant d'en avoir terminé la lecture. Je l'ai lu en quelques heures avec énormément de plaisir et j'en garde un souvenir agréable.
C'est différent de ce que je lis d'habitude et je ne pense pas que je l'aurais lu sans le partenariat avec les éditions de la Table Ronde.
Je connaissais l'auteur de nom mais n'avais jamais lu aucun de ses livres.

En découvrant la façon d'être de Calusia, je n'ai pas pu m'empêcher de me demander combien d'hommes lui ressemblent actuellement ? Est-ce juste une impression ou le sens de l'honneur, du sacrifice et la droiture font effectivement de plus en plus défaut à nos semblables ?
Il a tenu sa promesse de ramener la dépouille de son supérieur à sa mère et s'est refusé de profiter de l'innocence et du jeune âge de la demoiselle rencontrée au début du livre malgré que celle-ci semblait avoir des sentiments pour lui et malgré la tentation de la chair dans la maison abandonnée.
Sans oublier la pudeur dont il fait preuve face à celle qui répond à son « idéal de femme ».

Le principal sujet de « Le compagnon de voyage » reste à mon sens la guerre et ses conséquences sur le peuple italien. En filigrane, quelques réflexions sur la politique notamment quand ils s'agit de savoir qui sont les « vrais voleurs ».
Le parcours de l'auteur me semble très utile à lire pour mieux le comprendre lui et ses écrits.
L'ambiance dans la demeure de la mère du supérieur de Calusia est à méditer et la façon dont il leur a présenté la dépouille est limite sadique, ne correspondant a priori pas de l'idée que l'on se fait de lui tout au long du livre. J'ai longtemps réfléchi là-dessus. Qu'en pensez-vous ?


Contrairement à d'autres lecteurs, je trouve que ces quelques pages sont suffisantes. C'est comme un album photo avec quelques éléments sur cette époque là . A nous de continuer à réfléchir...

Grand merci aux éditions de la Table Ronde qui nous proposent toujours de belles lectures !

PS: Le livre est joliment fait et donne envie de lire !

 

Les avis des membres de Partage Lecture

 



Commenter cet article