Livre: Et Nietzsche a pleuré de Irvin Yalom

Publié le par Jémlyre

Titre: Et Nietzche a pleuré

Auteur: Irvin Yalom

Editeur: Le livre de Poche

Nombre de pages: 504


Ce livre a été lu dans le cadre d'un partenariat entre Partage Lecture et Le livre de Poche que nous remercions chameureusement.

 

 

9782253129455-G

 

4è de couverture:


Vienne, 1882. La belle et impétueuse Lou Salomé aborde le Dr Breuer, ancêtre de la psychanalyse et mentor du jeune Sigmund Freud. Elle vient solliciter son aide pour son ami, Friedrich Nietzsche. Le philosophe, malgré la parution du Gai Savoir et de Humain, trop humain, est encore méconnu du grand public. Après l'échec de son ménage à trois avec Lou Salomé et Paul Rée, Nietzsche est plongé dans le plus profond désespoir. Irvin Yalom imagine la rencontre fictive entre Breuer et Nietzsche, véritable partie d'échecs entre les deux hommes, qui concluent alors un pacte pour tenter de se guérir l'un l'autre. Et c'est à une nouvelle naissance de la psychanalyse, dense, ludique et originale, que nous convie Irvin Yalom.

"Comment pouvait-on vivre jusque-là sans connaître les livres du docteur Irvin D. Yalom?. On se le demande. Ce n'est pas tous les jours que les livres de psychothérapie se lisent comme des romans." -Geneviève Delaisi de Parseval, LIBÉRATION 19 janvier 2006.


Mon avis:


Dans un style simple, accessible et concis, l'auteur aborde en mettant en scène ses personnages, des sujets variés et graves pour certains.
Les chapitres sont bien découpés, ce qui en rend la lecture aisée et agréable.

Il s'agit certes d'un roman, mais que sait-on en fin de compte de la naissance de la psychothérapie ? (Je ne spécifie pas: psychanalyse, dont on voit l'embryon se développer dans les échanges entre Freud et Breuer).
Qui a inspiré qui ?  Il est bien décrit que Nietzsche s'est vraisemblablement intéressé dans ses écrits à la « compréhension de soi ».

A travers le dialogue entre le philosophe et le médecin, nous découvrons d'abord la part humaine (trop humaine...) de chacun d'eux et nous nous rendons compte de la complexité de la relation médecin-patient. Cette par humaine m'a d'ailleurs beaucoup touchée.
Nietzsche auquel la notion de pouvoir dans la relation est chère, a du mal à demander de l'aide. Ce n'est qu'en se voyant octroyer le rôle de soignant qu'il pourra s'ouvrir petit à petit à son thérapeute.
Il est de notoriété que dans une relation psychothérapeutique chacun est soignant et soigné en même temps.

Le passage où l'on discute de l'opportunité ou pas de dire toute la « vérité » au patient m'a particulièrement intéressée. Les médecins y sont régulièrement confrontés et il n'est pas facile de dire ce qu'il convient de faire ou pas.
Et le symptôme que révèle-t-il ? Choisit-on inconsciemment sa maladie ? Ceci est bien admis dans les situations où le patient en souffrance psychologique, développe des symptômes physiques.
Parfois, la difficulté de l'élaboration psychique fait que le mal être s'exprime via le corps.
« Le symptôme n'est rien d'autre qu'un messager, chargé d'annoncer que l'angoisse est en train de monter depuis les tréfonds de l'âme » p.373.
Notez d'ailleurs ce qui déclenche la dernière crise de migraine de Nietzsche dans le livre...
La notion d'angoisse utile, abordée par Nietzsche est également très intéressante. Certains peuvent être paralysés par l'angoisse et d'autres peuvent en faire un moteur. Faut-il donc toujours combattre l'angoisse qui de toute façon quel qu'en soit la forme est inhérente à notre nature humaine ?
L'avidité pour certains plaisirs permet-elle de « sédater » nos angoisses métaphysiques ?


Une bonne partie du roman est consacrée à une analyse des relations amoureuses, de l'attirance sexuelle et du libre choix de son existence.
A noter l'idée de Nietzsche qui veut que l'on ne songe à faire des enfants que quand on est prêt à être créateur. C'est à dire à créer une version améliorée de soi et non pas une copie conforme. Ceci pourrait faire l'objet d'un long débat !
Par ailleurs, il souligne également la nécessité de se connaître soi-même avant de se mettre en couple. Il faudrait veiller à être un "je" avant de penser à être un "nous"...
L'attirance de Breuer pour Bertha est admirablement décortiquée et démontre à quel point, alors que nous nous arrêtons souvent à une explication superficielle de l'attirance physique, celle-ci est beaucoup plus complexe et fait référence à beaucoup d'événements inconscients.
Son soulagement après la séance d'hypnose qui peut sembler très rapide, me fait penser que les entrevues avec Nietzsche ont quand même été très bénéfiques et ont permis de mieux cerner la problématique.
C'est en définitive la combinaison des deux thérapies qui a permis à Breuer de retrouver un peu de sérénité.
Sans oublier l'effet valorisant de ces séances sur la personne de Nietzsche qui résistera longtemps avant de confier ce qu'il porte comme souffrance.

Quant à la répétition des événements, je crois que nous avons tendance à répéter certains comportements dans certaines situations particulières car nous obéissons à des schémas inconscients, mais la façon dont cela est présenté par Nietzsche dans le roman reste un peu vague et peu saisissable pour moi.

A mon avis, chaque lecteur peut se sentir concerné de près ou de loin par certains aspects de ce livre. Certains pourraient même vivre cette lecture comme une véritable thérapie.

Ce roman, que je quitte à regret, m'a donné envie de me pencher plus sérieusement sur la pensée de Nietzsche qui me semble être plus que digne d'intérêt.

Un grand merci au Livre de Poche, grâce auquel j'ai pu découvrir ce livre d'un auteur que je ne connaissais que de nom.
Je lirai prochainement « mensonges sur le divan » !


Quelques citations à méditer:

« Le bonheur d'être scruté de très près était tellement puissant que Breuer en avait déduit que le drame de la vieillesse, du deuil et de la perte des êtres chers était précisément, la disparition de ce regard-de vivre sans être observé » p.96

« Il ne contient aucun jargon médical, qui est en réalité, malgré l'illusion de science qu'il donne, le langage de l'ignorance » p.228

« Le désespoir est, à mes yeux, la rançon de la lucidité. Regardez la vie droit dans les yeux: vous n'y verrez que du désespoir » p.232

« Erreur également, de chercher l'immortalité en crachant sa semence vers l'avenir, comme si elle contenait notre conscience » p. 420

A propos du suicide: « Tous les penseurs sérieux y songent. C'est une lueur qui nous permet d'avancer dans la nuit » (je n'ai pas noté la page )


 

Les avis des membres de Partage Lecture

 

 



Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

dasola 16/06/2010 17:57


Rebonsoir, ce roman m'attire bien. Il est aussi chaleureusement recommandé par mon libraire. Merci pour ce conseil. Bonne soirée.


emiLie 14/06/2010 19:44


Je n'ai encore rien lu de cet auteur mais les personnages historiques cités me sont familiers car je suis en pleine lecture de "Crépuscule d'une idole" de Michel Onfray.