Les gens sont méchants de Ricardo Salvador

Publié le par Jémlyre

Livre lu dans le cadre d'un partenariat avec les éditions Kyklos que je remercie chaleureusement.

 

couv_les_gens_sont_mechants.jpg

 

4è de couverture:


Tous les couples traversent de mauvaises passes. Celui dont il est question dans ce roman n'en est déjà plus là. Les termes impasse, sans issue, cul-de-sac, voire coupe-gorge, seraient, en ce qui le concerne, plus appropriés...

Plutôt que de s'adresser à un conseiller conjugal ou de consulter un avocat, Hippolyte décide de régler le problème de manière directe et définitive.

Forcément, cela requiert quelques réglages, un plan précis et un scénario sans faille afin d'éviter tout démêlé avec la justice. Pas question pour lui de finir comme ces imbéciles imprévoyants, ces amateurs sans cervelle qui sèment des indices accablants sur les lieux de leur crime.

Mais sur le chemin du veuvage, Hippolyte ne s'attendait pas à croiser des gens vraiment méchants...

Mon avis:

Un roman plutôt original dont je n'ai pas du tout deviné le dénouement.
Il m'est par contre difficile d'en parler sans révéler certaines choses, ce qui pourrait gêner ceux qui ne l'ont pas encore lu.
Le style est simple, vraiment très accessible et fait (avec le découpage en chapitres) que la lecture est rapide et aisée. D'ailleurs, les événements s'enchaînent vite et la paranoïa monte tellement crescendo que l'on n'a pas envie de lâcher le livre avant d'avoir lu la suite.
Au delà de l'intrigue "policière" qui ne m'a pas semblé être la partie la plus importante du livre, hormis la description de toute la réflexion d'Hippolyte pour réussir le "crime parfait", je n'ai pas pu m'empêcher de réfléchir à cette éternelle question de "vieillissement du couple", de la lassitude qui s'installe plus ou moins accentuée, jusqu'à l'extrême du désir de se "débarrasser de l'autre".
Mais finalement, la disparition de Lucille a-t-elle changé grand chose à la vie d'Hippolyte ? Certes, il est difficile de raisonner dans les conditions qui sont celles du roman mais n'empêche que l'on a généralement tendance à charger l'autre de la responsabilité du manque d'épanouissement dans notre vie alors que le problème est peut-être en soi-même...
Ce qui pose la question de la représentation que l'individu a du couple et de ce qui fait que l'on choisit d'épouser telle personne plutôt qu'une autre. La question est survolée au début du livre.
Avec un autre dénouement, l'analyse du comportement d'Hippolyte, qui semble d'ailleurs mal cadrer avec son profil de base, aurait été autre.
Je retiens également qu'en fin de compte, le récit sème le trouble dans l'esprit du lecteur dans le sens où la limite entre la folie et la raison est floue et que l'on se demande effectivement qui est méchant et qui est gentil ?
Finalement, il est difficile de classer aussi simplement les gens.
N'y a-t-il pas un germe (au moins) de méchanceté dans chaque individu ?
Encore faudra-t-il s'entendre sur la définition de la méchanceté...

En somme, un livre que je vous conseille de lire.

 

Les avis des membres de Partage Lecture

Commenter cet article