Livre: La mécanique des femmes de Louis Calaferte

Publié le par Jémlyre

Titre: La mécanique des femmes
Auteur: Louis Calaferte
Édition: Folio
Nombre de pages: 163



4è de couverture
:

En 1963, Louis Calaferte publie Septentrion. Aussitôt interdit, ce livre est réédité en 1984. Pour celui qui l'aborde, sa fulgurance est intacte.
La mécanique des femmes, qu'il nous donne aujourd'hui, est comme la quintessence de Septentrion.
Il y est question, comme le dit précisément le titre, des manifestations sexuelles et érotiques spécifiquement féminines.
Aucun écrivain n'aura jamais comme dans ce texte parlé de «l'impudeur» et de «l'obscénité» des femmes, avec une telle précision, un tel détachement, avec autant d'intense crudité.
De cela, comme de Dieu et de la mort, Louis Calaferte ne cesse de nous entretenir. Il le fait d'un point de vue souverain, celui de l'écrivain maître absolu de son style.


Mon avis:

Que dire? La structure du livre est déjà très particulière, des paragraphes en patchwork avec a priori aucune suite logique.
Ce sont des bribes d'histoires des bouts de dialogues et il m'a été difficile de savoir où l'auteur voulait en venir avec ce livre que l'on m'a présenté comme une mise à nu des fantasmes sexuels féminins.
Si cela était le but de l'auteur je pense que ça serait simpliste de croire après avoir lu ces quelques lignes où il décrit essentiellement des femmes abandonniques, en mal de reconnaissance, angoissées par la mort, se jetant avec frénésie dans la séduction de l'homme, les fantasmes féminins se résument à vouloir pratiquer des fellations à tout-va.
Par ailleurs, je ne pense pas que les fantasmes féminins (ou masculins d'ailleurs) soient uniformes et que l'on puisse facilement les résumer et les standardiser.
Mais peut-être le sens de ce roman m'a t-il complétement échappé?
J'ajoute cependant que je trouve ce livre  beaucoup plus "soft" que "Septentrion".

 

Publié dans Romans contemporains

Commenter cet article